Nicolas Pegon

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

CABINET D’EXTRAVAGANCES

-Nicolas Savignat-

Les images, les représentations, les affiliations se télescopent dans le travail de Nicolas Pegon. Ses dessins s’élaborent dans une logique subconsciente, en inductions massives. Ils s’inscrivent dans une sublimation hétérogène, en marge d’un iconique. Une émotion non orthodoxe où les dégradés lumineux exaltent un sentiment indicible, à la fois volcanique et diffus.  Un collage d’éléments suffisants, de motifs hétéroclites se chevauchant dans leurs altérations réciproques, leurs autarciques préciosités, leurs déficiences lacunaires.
Jeu de l’esprit à la sensualité brute, à la figuration mimétique, à la facture scrupuleuse. Une intention artificielle d’imiter un réel, réalité intérieure du sujet : impartiale, corruptible _ analogique.

Ici le sacré, le profane sont à égalité. Les pôles d’attraction sont azimutés vers un ailleurs relatif, des songes pluriels. De bric et de broc, exaltation de machineries savantes : inventives, fantasques. Baroques et Dada à profusion ! Une éloge de la substance, une apologie de la matière en autant de fétiches divinatoires, d’amulettes prophétiques : oxymores passionnés, proliférations flamboyantes, projections ritualisées…
L’exercice de cette jubilation nous transporte dans un onirisme enivrant, une réalité où la fiction est omniprésente. Une imagerie véhiculant un esprit libertaire, débarrassée d’une trame linéaire _ commensurable.

Vision d’un occulte, vertige imminent ses dessins intègrent un grand nombre d’impressions furtives issues d’expériences collectives, de propositions contractuelles. L’obscène, l’hérétique côtoient l’érotisme, le lyrisme à l’égal d’une insurrection poétique. Aussi les clefs de lecture de ses oeuvres se situent dans des déplacements sémantiques, des valeurs ajoutées en ébullition. Une virtuosité au service de l’humour, de la pétulance, des vanités amalgamées _ fusionnées… Comme autant de songes versatiles à la précision aboutie et paradoxalement à l’identité embryonnaire, impertinente dans sa saveur obsédante.
Des visions comme des élévations mégalithiques, des autels panthéistes, des anamorphoses, des métaallégories…

Un plaisir analytique, une emprise délectable des sens où l’intellectuel est aisé. L’Éros, le Thanatos, le trauma d’une psyché se régénèrent variablement dans un coït des plus vertueux _ digne.
Une cérémonie extravagante, des curiosités grotesques au gré des illusions et des caprices. Cycle des mues à la découverte de nouveaux continents peuplant le monde, en interprétations renouvelables… Autant d’approches masquant, travestissant la vie. Grilles de lecture ambivalentes, d’un devenir à actualiser indéfiniment.

À l’heure des déclarations publiques, des revendications systématiques autant pousser la porte des acteurs de l’alternatif, des rapports minoritaires. S’intéresser à l’hirsute, au rebut, à la combustion, à l’insolite, aux à-côtés ou encore à la concupiscence… La vie un mirage, l’art un extraordinaire mensonge. Magnétique. Subversif. Perpétuellement à nourrir, à enfreindre… Puis à sacrifier, à adorer ! Sans idolâtrie.

-Nicolas Savignat-